Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Arkokids® Bio

Le sommeil de l'enfant

« Sommeil perturbé chez les enfants : 3 familles sur 4 y sont confrontées1 ». C’est entre la naissance et 24 mois que le sommeil connaît sa plus forte évolution. Vers l’âge de 3 ans, une grande partie de la maturation du sommeil est réalisée. Il est donc très important de connaître et de respecter l’évolution du rythme veille/sommeil et de comprendre à quel point ce temps de repos est nécessaire au développement et à la croissance.

Les besoins de sommeil de l'enfant de 1 à 3 ans

Dès le plus jeune âge, tous les types de sommeil connus chez l’adulte sont présents mais leur durée, leur organisation et leur structure interne diffèrent profondément. Ils vont progressivement, au cours des 3 premières années de vie, s’organiser selon un modèle de plus en plus proche de celui de l’adulte.

De 1 à 3 ans, la maturation du sommeil se poursuit. La durée du sommeil continue à diminuer pour atteindre 13-14 heures à 1 an et 12-13 heures à 3 ans. La diminution du temps de sommeil se fait le jour au profit du temps d’éveil.

La sieste du matin disparaît autour de 18 mois.

De 18 mois à 3 ans, il ne reste donc plus qu’une seule sieste en tout début d’après-midi pour la grande majorité des enfants. Elle se maintient habituellement en petite section de maternelle et parfois même en moyenne section mais disparaîtra progressivement entre 4 et 6 ans.

La durée du sommeil nocturne est de 10 h en moyenne.

Le sommeil perturbé chez l'enfant

Le sommeil perturbé chez l'enfant

À partir de 1 an, ce sont les difficultés à aller au lit et les éveils nocturnes bruyants avec appel des parents qui sont le plus souvent problématiques : « Chez les enfants de 3-4 ans, 22 à 29 % ont des problèmes de sommeil, 15 % ont des difficultés d’endormissement et 23 % se réveillent régulièrement et appellent leurs parents ».

Généralement, ces difficultés sont dues au fait que l’enfant ne sait pas s’endormir tout seul. Plus rares, certaines perturbations du sommeil peuvent être liées à de l’anxiété, causée par des événements de vie, comme la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur… C’est aussi l’âge auquel débutent certaines parasomnies tels les éveils confusionnels ou les terreurs nocturnes.

Comment prendre en charge naturellement le sommeil perturbé chez l'enfant ?

Le sommeil est essentiel au bien-être de l’enfant, il faut donc le préserver, et si possible naturellement grâce à l’intelligence des plantes !

La phytothérapie permet d’apporter une réponse douce et bien tolérée à l’aide de plantes telles que la Camomille, le Coquelicot, la Lavande, la Mélisse, le Tilleul et la Verveine.

Associées ou non, en sirop, en gélules ou sous bien d'autres formes, elles facilitent l’endormissement et améliorent la qualité du sommeil sans désorganiser les différents stades du sommeil. Médecins et pharmaciens sont là pour vous conseiller.

En parallèle, quelques mesures simples au quotidien peuvent grandement améliorer la qualité et la quantité de sommeil. Les conseils hygiéno-diététiques sont nombreux et font essentiellement appel au bon sens. Toutefois, ils peuvent échapper aux parents excédés par des nuits sans sommeil et impuissants à calmer leurs enfants. Ci-dessous, une liste non exhaustive de conseils pour favoriser le sommeil des enfants.

  • À FAIRE
  • Garder un rituel de coucher et privilégier ce moment particulier avec l’enfant.
  • Utiliser le même rituel de coucher en vacances, le week-end et en semaine.
  • Observer l’enfant et essayer de trouver l’heure de coucher qui lui convient.
  • Garder des horaires réguliers de coucher, de lever, de siestes et d’activités.
  • Trouver des activités stimulantes pendant la journée (surtout de l’exercice physique en plein air).
  • Diminuer l’intensité de la lumière le soir et ouvrer grand les volets le matin : l’alternance lumière/obscurité est importante pour synchroniser l’horloge biologique sur le rythme jour/nuit.
  • Prévoir une chambre propice au sommeil (bonne literie, température stable à 19-20°, obscurité ou petite veilleuse si l’enfant la demande, musique douce pour apaiser…).
  • À ÉVITER
  • Pas de biberon pour aider l’enfant à s’endormir.
  • Le lit de l’enfant doit être réservé au sommeil – ne pas le remplir de jouets.
  • Aller au lit ne doit pas être une punition.
  • Éviter les boissons contenant de la caféine (soda type cola).
  • Limiter le temps de télévision, surtout le soir (pas plus de 2 heures chez les enfants).
  • Pas de télévision dans la chambre de l’enfant.

 

 


1 Institut des mamans, enquête auprès de 1 780 mères d’enfants âgés de 1 à 11 ans, Janvier 2015.