Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
Mieux comprendre ses cheveux

Forcapil®

Mieux comprendre ses cheveux

Nos cheveux se renouvellent sans cesse, un cycle vital moyen est de 3 ans chez l’homme. Pour les femmes, ce cycle est plus long et varie entre 4 et 5 ans. Au cours de cette période, chaque cheveu croît sans relâche. Lorsqu’il meurt, il est immédiatement remplacé par un autre. Mais le cheveu mort ne tombe pas tout de suite ; il attend encore 2 à 3 mois, avant d’être chassé définitivement de son follicule pileux.

Cycle de vie du cheveu

Le nombre génétiquement programmé des cycles pilaires est environ de 25 à 30 pour toute une vie.

Constituants du cheveu

Le volume de la chevelure est un paramètre de séduction important : les chevelures volumineuses attirent à la fois les hommes et les femmes, et ce, de façon indémodable et universelle. Une chevelure moyenne est composée de 120 000 à 150 000 cheveux, mais savez-vous ce qui détermine le volume du cheveu et de la chevelure ?

Densité et diamètre

Le volume d’une chevelure dépend de la densité, c'est-à-dire du nombre de cheveux présents sur la tête, et de l’épaisseur du cheveu, c’est-à-dire, de son diamètre.

Ce sont les follicules pileux qui déterminent, par leur nombre et leur activité, la densité de la chevelure. Ainsi, plus le nombre de follicule est important, plus le nombre de cheveux pourra être élevé et plus la densité de la chevelure sera abondante. À l'inverse, une chevelure clairsemée, sera le reflet d'un petit nombre de follicules formant des cheveux.

Quant au diamètre, il peut varier entre 50 et 100 micromètres (il faudrait empiler entre 100 et 200 cheveux pour obtenir une épaisseur d'1 centimètre). Ensemble réunis, les cheveux vont créer une chevelure épaisse, moyenne ou fine. Néanmoins, il est possible d'avoir des cheveux fins et une chevelure dense, tout comme d'avoir des cheveux épais et une chevelure clairsemée.

Le saviez-vous ?

Le cycle normal des cheveux nous fait perdre en moyenne 30 à 60 cheveux par jour. Cette quantité est normale et ne doit pas vous inquiéter. Lors des changements de saison, à l’automne ou au printemps, la chute peut être plus importante. Les changements hormonaux peuvent également influer sur la chute, comme la grossesse ou la ménopause. Néanmoins, si vous trouvez que vous perdez trop de cheveux, n’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin ou pharmacien.

Si la solidité du cheveu vient de la structure de son cortex, sa perméabilité ainsi que sa brillance, sa douceur ou sa facilité de coiffage, sont en grande partie liées à l'état de sa cuticule. Or, le cheveu pousse par sa racine au rythme moyen d'un centimètre par mois. L'extrémité d'un cheveu de 30 cm aura donc 30 mois : deux ans et demi d'agressions pendant lesquelles l'aspect de la cuticule aura bien changé.

Cuticule lisse et cylindrique

La cuticule est la couche externe de chaque cheveu ; elle est responsable de la texture et de l’éclat du cheveu. Une cuticule saine est lisse, ses écailles, toutes neuves à la « racine », sont bien régulières, impeccablement jointes comme les ardoises d'une toiture, ce qui permet au cheveu de réfléchir la lumière et de limiter les frottements avec les autres tiges de cheveu. Le jeu de lumière est également accentué par la forme plus ou moins cylindrique du cheveu.

La cuticule est composée de six à huit couches de cellules plates qui se chevauchent, elle est enveloppée par une couche graisseuse invisible et imperméable, qui agit comme un après-shampooing naturel.

Plus on s'éloigne du cuir chevelu, plus les écailles apparaissent érodées. Elles présentent d'abord des rayures et leurs bordures se déchiquettent. Ensuite, elles se soulèvent et se disjoignent. Certaines écailles disparaissent et, à l'extrémité du cheveu, elles peuvent être partiellement ou totalement absentes : le corps du cheveu est mis à nu. L'usure des écailles compromet l'homogénéité de la surface et de la forme : la réflexion de la lumière s'en trouve altérée et le cheveu devient terne et plus perméable.

Le saviez-vous ?

La cuticule est enveloppée par une couche graisseuse invisible et imperméable, qui agit comme un après-shampooing naturel.

La force du cheveu est donnée en grande partie par sa kératine. Quand elle est affaiblie, elle ne fournit plus au cheveu sa solidité et les cheveux deviennent cassants.

Le cortex : le coeur du cheveu

Le cortex peut être étiré d’environ 30 % sans casse significative. C'est l'organisation étonnante de la kératine dans le cortex qui autorise cette performance. La kératine est une protéine fibreuse particulièrement riche en acides aminés soufrés.

La rigidité de cette protéine est due à la composition et à l’agencement des filaments qui la composent. La kératine peut adopter différentes structures. Par exemple, la kératine des cellules de l’épiderme du contour de l’œil est différente de celle des cellules du cheveu ou de celle des ongles. Elle est composée en proportions importantes :

  • d'acides aminés soufrés (cystine et méthionine) qui permettent la formation de ponts entre les fibres de kératine favorisant ainsi leur stabilité,
  • de minéraux et d'oligo-éléments (calcium, zinc, magnésium, silicium...) qui accentuent la vigueur du cheveu, ainsi que la dureté et la résistance des ongles.

La kératine, véritable ciment du cheveu, se fragilise au fil des séchages à trop haute température, des permanentes / défrisages, des colorations répétées... Le soleil, la mer, la pollution, une alimentation moins équilibrée, participent également à son vieillissement prématuré. Résultat : cette protéine, affaiblie, ne fournit plus au cheveu sa solidité.

Le saviez-vous ?

Le cheveu est d'une solidité incroyable. Chaque cheveu pouvant supporter 100 grammes, une chevelure moyenne de 120 000 cheveux pourrait soutenir 12 tonnes, si le cuir chevelu était assez résistant !

Si le cheveu contient de l'eau, des lipides, des traces d'éléments minéraux et de la mélanine, c'est la kératine qui en est son constituant principal. Son organisation au sein du cortex évoque l'image d'un cordage ou d'un câble.

La protéine du cheveu : la kératine

La kératine de la cuticule, partie la plus externe du cheveu est organisée sous forme d’écailles disposées à la manière des tuiles d’un toit. La kératine est une fibre naturelle étonnamment solide alors que son épaisseur ne dépasse pas un dixième de millimètre : à poids égal, la kératine est plus forte que l’acier ! Au sein du cortex, il en existe deux sortes : une fibre verticale et torsadée qui suit l’axe du cheveu et lui confère toute son élasticité et une seconde, horizontale, qui relie les fibres verticales entre elles et apporte solidité et cohésion.

La kératine est également responsable de la plasticité du cheveu : en effet, le cheveu garde pour un certain moment la forme qu’on lui donne. Par exemple, si l’on enroule un cheveu raide autour d’un stylo pendant quelques heures, il gardera sa forme bouclée, puis, progressivement, il reprendra sa forme initiale.

La forme des chaînes de kératine ainsi que la nature des liaisons à l’intérieur de ces chaînes sont deux facteurs responsables de la forme des cheveux : la nature des liaisons est acquise par la racine dans le bulbe et conservée par le cheveu en poussant. Ainsi, jusqu'à la pointe de nos cheveux, la nature pousse la perfection en réalisant un assemblage qui allie à la fois souplesse et solidité.

Le saviez-vous ?

La kératine est une fibre naturelle étonnamment solide. À poids égal, la kératine est plus forte que l’acier !

Pointes fourchues, cheveux rêches, difficiles à démêler… Le toucher étant un sens très développé, nous percevons, sans le savoir vraiment, l'état des écailles de la cuticule. Si elles sont en bon état, la chevelure nous semble douce. Des écailles abîmées la rendent rêche.

Quand les écailles s'emmêlent...

Les écailles disjointes d'un cheveu sensibilisé s'accrochent avec les écailles des cheveux voisins, elles provoquent l'emmêlement de la chevelure, emmêlement qui favorise ensuite l'apparition de nœuds, qui se resserrent sur eux-mêmes lors du brossage.

Ce décollement des écailles est cependant utile dans la réalisation du crêpage : en peignant les cheveux de l'extrémité vers la racine, on force les écailles à se disjoindre et l'emmêlement qui en résulte assure la tenue de la coiffure crêpée.

À l'extrémité du cheveu, on peut remarquer la disparition fréquente de la cuticule qui livre le cortex lui-même au monde extérieur. Sans protection, il n’est plus en mesure de retenir l’humidité, il explose littéralement en se divisant en petites unités : ce sont les fourches.

Le saviez-vous ?

Les écailles disjointes d'un cheveu sensibilisé favorisent l'apparition de nœuds.

Véritable écrin de beauté, la chevelure est, depuis les temps les plus reculés, considérée comme un symbole de séduction chez la femme.

La chevelure... Une arme de séduction massive à travers les siècles et la civilisation

La beauté, la brillance, la douceur, parfois la couleur, jouent un rôle essentiel, sans oublier la gestuelle : rituel du coiffage, main passée dans les cheveux…

La Mythologie grecque s’attarde sur les chevelures luxuriantes de ses déesses : Aphrodite enveloppant sa nudité dans sa longue chevelure blonde, Vénus soignant ses cheveux, entourée des Grâces, ou encore Ariane séduisant Bacchus avec sa belle chevelure flottant au vent…

Les plus anciennes sources au sujet des cheveux remontent à l’Egypte ancienne, il y a quatre mille ans, où les femmes portaient des perruques d'apparat dans un but de séduction et d'érotisme.

Dans presque toutes les civilisations les cheveux ont une place particulière qu’ils soient liés à l'intimité, à la séduction, à la pudeur ou à la sexualité. La relation à l'autre à travers la chevelure (brosser, couper, épouiller…) peut se traduire aussi comme une marque d'affection et de soin.

Le saviez-vous ?

La beauté, la brillance, la douceur, parfois la couleur, jouent un rôle essentiel, sans oublier la gestuelle...

La chevelure est constituée de 100 000 à 150 000 cheveux. Ils sont nourris par le sang qui, grâce à l'alimentation, apporte tous les nutriments nécessaires à leur bon développement.

Vitalité, une histoire d'irrigation

Le cheveu est enfoncé dans le cuir chevelu comme dans la terre. Il a, à sa base, un renflement : le bulbe pileux. C'est à l'intérieur de ce bulbe que se produit la croissance active du cheveu. Il est entouré de nerfs et de capillaires sanguins où les cellules peuvent puiser les nutriments spécifiques à leur croissance et à leur différenciation. Ces nutriments (acides aminés, vitamines, minéraux et oligo-éléments) doivent donc être présents en quantité suffisante dans le flux sanguin.

Mieux irrigués les cheveux poussent plus vite. En été, les cheveux sont soumis à de rudes épreuves : le sel de mer assèche l’enveloppe capillaire. D’autres facteurs desséchants viennent s’ajouter : le chlore, le vent, le sable altèrent également la couche protectrice de kératine.

Les écailles s’abîment, les cheveux perdent leur vitalité, et deviennent secs, poreux, cassants.

Le saviez-vous ?

Les écailles s’abîment, les cheveux perdent leur vitalité, et deviennent secs, poreux, cassants.